Une nouvelle lune

L’oiseau a été endormi par un souffle du vent,
une caresse chaude qui lui a conté un rêve,
celui de renaitre au coeur de ses cendres.
Lorsqu’il sorti son bec de sa tanière,
il a plongé directement, dans un enfer de foudres,
celles de toute une vie à attendre autre chose que lui-même.

Puis, il s’est relevé, le duvet soyeux a recouvert son dos de lumière
et il a dressé l’une de ses ailes dans le vent.
Celui-ci l’a caressé du dos de ses mains,
et lui a permis de voler,
en échange d’un baiser.

Chaque fois que tu voudras renaitre, je serai là,
chaque fois que tu me laisseras faire, je serai à toi,
à chaque instant.
Ne crains pas le souffle du vent,
qui te porte au-delà de toi
et ce sont des poussières des étoiles du ciel,
qui rejailliront depuis tes yeux,
Percevant alors, l’infinie beauté du monde,
éternelle.

Photographie : Three Nails — Workshop de Gatsby